Clermont-Ferrand, Auvergne, France
06 01 19 83 63

Mes 5 plus grosses erreurs de SEO lorsque j’ai démarré mon blog

Rédacteur web SEO à Clermont-Ferrand, je booste votre trafic grâce à du contenu optimisé.

Mes 5 plus grosses erreurs de SEO lorsque j’ai démarré mon blog

Les erreurs SEO à éviter

Lorsque l’on se lance dans le blogging, on fait tous des erreurs dans la gestion de son référencement naturel. 

Dans cet article, j’ai décidé non pas de te donner les 17 meilleures astuces SEO pour arriver en première position sur Google. Non, beaucoup le font déjà.
À la place, je vais te parler de mes 5 plus grosses erreurs pour référencer un blog… et de comment ne pas les faire.

1. Écrire des articles pour moi, sans penser à faire une recherche de mots clefs

Ma première erreur en pensant au SEO a été… d’ignorer complètement ce qu’était cette histoire de référencement naturel ! 

J’écrivais des articles pour moi, pour me faire plaisir, en me persuadant que, d’une manière ou d’une autre, ils allaient « trouver leurs lecteurs ». 

Spoiler : ça n’est jamais arrivé. Ils n’ont trouvé aucun lecteurs (à part ma Maman). 

C’est à ce moment-là que j’ai compris l’intérêt de faire une recherche de mots clefs pour écrire des articles qui attirent beaucoup de visiteurs.

Et puis avec le recul, je me rends compte que le cadre qu’impose cette recherche de mots clefs booste ma créativité. Elle m’oblige à trouver un moyen de rendre intéressant un sujet qui ne me passionne pas forcément. 

Surtout, ça m’aide pour trouver un sujet d’article de blog !

Je dois le rendre sexy coute que coute. 

Voilà le nombre d’impressions sur mon blog durant les 3 premiers mois de sa vie.

Devine à partir de quel moment j’ai eu l’idée d’intégrer des mots clefs précis dans mes articles ?

2. Penser que les backlinks vont apparaître naturellement

Bien. J’avais maintenant des articles qui, petit à petit, ont attiré des visiteurs. En voyant ça, je me suis dit que, finalement, le SEO était quand même intéressant. Ou du moins, que ça valait le coup que je m’y mette.

Alors j’ai fouillé le web à la recherche de formations et autres articles. Et à chaque fois, j’entendais parler de ce linking externe, ou le netlinking, les backlinks

Et avec ma naïveté légendaire, je me suis dit que mes articles fraîchement référencés étaient tellement bons que les autres blogueurs allaient obligatoirement vouloir me faire des liens sans que je ne demande rien. 

Pas besoin de faire des articles invités. J’étais au dessus de ça. 

2 mois plus tard : 2ème coup dur. Bim. Je me suis pris la réalité dans la tronche.

En fait, au début, tout le monde s’en fiche de nos articles. 

Les liens sont réservés aux 3 premiers sites de la page de résultats. Nous, blogueurs relayés à la page 12, devons aller les chercher nous mêmes ces précieux liens. 

Il faut passer du temps à écrire des articles invités. À la main. Un par un. Et là, miraculeusement, ça marche.

Regarde par toi-même : 

La courbe rouge représente le nombre de backlinks sur mon blog, et la orange le nombre de domaines référents qui me font ces liens. 

On voit bien que depuis que je me suis mis à faire des articles invités, les liens arrivent. Et surtout, les 3 mois précédents sont désertiques. 

3. Privilégier la quantité et pas la qualité

Fort de mes apprentissages, je me suis mis à rédiger une quantité incroyable de contenu sur mon blog, que je relayais dans quelques articles invités. 

Et là, nouveau problème : ces nouveaux « petits articles » ne me ramenaient personne. Pourtant, ils étaient autant travaillé pour le référencement.

Mais je ne passais pas assez de temps à essayer de me démarquer de mes concurrents. Je ne faisais pas un article plus long, ou plus intéressant, ou plus je ne sais pas quoi. Ils étaient identiques à la concurrence tout au plus. 

Alors je les ai supprimés et fusionnés. J’ai rédigé des contenus bien plus complets et dont, ne nous mentons pas, j’étais bien plus fier. 

Et ça a fonctionné. Les vues ont (enfin) commencé à arriver. 

Donc privilégie toujours la qualité à la quantité. Il vaut mieux un bon article que 3 mauvais. 

4. Oublier de mettre à jour mes anciens articles 

Tu connais la loi de Pareto ? 20% de tes articles vont apporter 80% de tes visites. 

Et je le vérifie sur mon blog. Alors imagine ma panique lorsqu’un de mes précieux gros articles a vu ses visites chuter. 

En 1 mois, il a perdu pratiquement 50% de ses visiteurs sans que Google ait annoncé une mise à jour particulière de son algorithme. 

C’est là que j’ai découvert le concept de la mise à jour de ses anciens articles. En fait, Google veut référencer le contenu le plus à jour sur une requête. Il faut donc lui envoyer régulièrement des signaux qui montrent que tu mets à jour tes écrits.

Du coup, j’ai ajouté quelques paragraphes, changé 2-3 trucs, et hop mon article est reparti.

Aujourd’hui, il dépasse même son niveau d’avant-crise. Comme quoi, cette aventure a vraiment eu du bon.

Maintenant je mets à jour mes articles tous les 6 mois. Ça me permet de créer des liens internes vers des nouveaux articles et d’ajuster quelques réglages.

Pour le moment, Google semble aimer ça. Je te le recommande vivement !

5. Croire le premier « hack » venu

À force de chercher à apprendre le fonctionnement de la Search Engine Optimization, je suis tombé sur de nombreux « hacks » révolutionnaires qui allaient, paraît-il, faire exploser mes vues en 2 temps 3 mouvements. 

J’en ai testé une grande partie de ces hacks. Et rien n’a jamais fonctionné. 

À la place, concentre-toi sur les basiques : 

  • fais des articles mieux que ceux de tes concurrents
  • trouve des liens qui pointent vers ton site.

C’est déjà un excellent début pour bien référencer ton blog !

Et si, plus tard, tu as besoin d’aller plus loin, pourquoi ne pas embaucher un consultant SEO qui pourra t’aider ? 

De mon côté, j’ai compris que mon temps était mieux utilisé à aller rédiger un autre article invité qu’à tenter d’apprendre une nouvelle technique SEO venant d’un conseil d’entrepreneur web qui allait (peut-être) me faire gagner 3 visiteurs par mois. 

Bref, ton chemin vers la page 1 de Google devrait être long et compliqué (désolé). Tu vas faire de nombreuses erreurs tout au long du parcours, mais elles sont en réalité la source de grands apprentissages. 

D’ailleurs, être 1er sur Google, ce n’est pas si simple !

Je sais, c’est bateau de dire ça… mais c’est la vérité ! 

Et tous ceux qui te disent qu’ils y sont arrivés « du premier coup » sont soit des menteurs, soit des chanceux. En réalité, c’est bien plus compliqué que ça. 

Merci à Paul pour cet excellent article invité ! Si toi aussi tu veux avoir l’un de tes articles sur mon blog, envoie moi un mail à [email protected] ou écrits simplement un commentaire juste en-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *